ENSEMBLE LES RECREATIONS

Programme à 4 sans clavecin

Matthieu Camilleri & Sandrine Dupé, violons

Clara Mühlethaler, alto & Keiko Gomi, violoncelle

« Violonistes généreux et très expressifs Matthieu Camilleri et Clara Mühlethaler se jouent des difficultés permanentes de la partition et nourrissent cette musique d’un souffle irrésistible (…) Une belle découverte, exploitée avec grâce et autorité »

Philippe Ramin, Diapason (5 de Diapason pour leur dernier album)

TEASER :

L’Ensemble Les Récréations se consacre avec passion à l’écriture à quatre parties en formation de chambre. Plus rare que la sonate en trio, elle ne se confond pas pour autant avec ce que sera deux générations plus tard le quatuor classique : elle reste à l’époque baroque parfaitement équitable, contrapuntique, et permet une texture d’une exceptionnelle richesse.

Toujours en quête d’une identité sonore caractérisée, ils font le choix pour soutenir cette densité harmonique de jouer sur des instruments au réglage baroque authentique, sans aucun compromis : cordes en boyau intégral, tension égale, etc.

Au delà de l’historicité il y a la conviction d’une qualité sonore inédite : une repolarisation de l’équilibre des harmoniques vers les graves, la possibilité d’un grain très dense, et à quatre, une homogénéité incomparable…

Depuis leurs débuts en 2010, ils se sont illustrés par une envie de découverte s’exprimant dans des programmes faisant souvent honneur à des compositeurs au génie méconnu.

Cette recherche s’est concrétisée par la sortie de leur premier disque chez Raumklang (5 de Diapason). Celui-ci est dédié à des sonates en trio inédites de Johann Gottlieb Graun (1702-1771), étonnant compositeur allemand contemporain des fils Bach. Cet enregistrement a reçu d’excellentes critiques en Allemagne comme en France.

« Les Récréations proposent de brillantes interprétations. Les audaces de la partition sont maîtrisées de manière impressionnante. Mais le plus important est que l’expressivité de ces pièces de musique de chambre soit pleinement rendue.»  Johan van Veen, Toccata

« Rarement l’on entend un trio sangloter, d’une manière à la fois si saisissante et loin de tout sentimentalisme (…). L’étroite complicité qui caractérise l’ensemble permet de porter à la lumière une musique dont, une fois celle-ci découverte, on ne veut plus se passer… »  Tobias Roth, klassik.com

Les Récréations ont été invités par les festivals de La Matrice(Paris), de Lanvellec, de Ribeauvillé, de Souvigny, Le Dernier Dimanche du Mois(Montreuil), Passe ton Bach d’abord Toulouse,Frisson Baroque (Rentilly),Musique à Paray-le-Monial, au Kamerfest(Pristina) et se produisent régulièrementen Suisse(Bâle, Zurich, Lucerne).

Ils enregistreront en juillet 2019 les étonnantes Sonate a quattro senza Cembalo d’Alessandro Scarlatti pour le label EnPhase, distribué par Outhere.

VOUS POUVEZ ECOUTER EGALEMENT :

Johann Sebastian Bach, Sinfonia, BWV4 

Johann Gottlieb Graun, Trio a due Violini e Basso, G-Dur, Adagio  

Johann Gottlieb Graun, Trio a due Violini e Basso, c-Moll, Presto  

Johann Gottlieb Graun, Quatro a due Violini, Viola da Gamba e Basso, g-Moll

BIOGRAPHIES

Matthieu Camilleri étudie le violon baroque auprès de ChiaraBanchini à la Schola Cantorum à Bâle (DiplomfüralteMusik en 2005), puis François Fernandez au Conservatoire National Supérieur de Paris (CNSMDP).

Il se produit régulièrement avec le Concert spirituel (Hervé Niquet), le Concert d’Astrée (Emmanuelle Haim), et en formation de chambre avec la Fenice(Jean Tubéry), le Parlement de musique (Martin Gester), Concerto soave (Jean-Marc Aymes).

Il s’est spécialisé dans le domaine de l’Improvisation historique avec l’organiste Rudolf Lutz (Master à la Schola en 2008) : improvisation avec basse, mais aussi à violon seul -il développe un système de réflexes polyphoniques applicable sur tout instrument à corde. Il donne des récitals entièrement improvisés dans plusieurs séries de concert comme le Festival des Musiques Improvisées de Lausanne, l’Improvisationsfestival Leipzig, le Festival de Lanvellec entre autres.

Il a une activité pédagogique ponctuelle lors de stages ou Masterclass dans diverses structures : Conservatoires Nationaux Supérieurs de Lyon et Paris, Schola Cantorum à Bâle, Royal Academy of Music London, Festival des Musiques Improvisées de Lausanne, Académie de Monaco.

Il sort en mai 2018 pour le label En Phase, (distribution Outhere) un disque à violon seul, mêlant des sonates de Tartini et des improvisations en miroir.

Clara Mühlethaler est née en Suisse et apprend dès le plus jeune âge le violon et l’accordéon suisse (Schwyzerörgeli). Elle étudie le violon moderne à la Musikhochschule de Zurich où elle obtient son diplôme final avec les félicitations du jury.

Ensuite elle étudie le violon et l’alto baroques avec Rachel Podger et Katherine McGillivray à la Guildhall School of Music & Drama et obtient le Master of Music en 2004.

En 2004/05, elle est membre de l’European Union Baroque Orchestra, avec lequel elle se produit dans toute l’Europe sous la direction d’Andrew Manze, Lars Ulrik Mortensen, Ton Koopman, Alfredo Bernardini, Konrad Junghänel, Enrico Onofri.

En 2008 Clara Mühletaler s’installe à Paris et participe depuis à des productions avec Le Concert d’Astrée (Emmanuelle Haïm), Les Cris de Paris (Geoffroy Jourdain), Le Parlement de musique (Martin Gester) et Les Paladins (Jérôme Correas).

Depuis 2015 elle est également sur scène dans deux adaptations au théâtre des passions de J. S. Bach avec la Cie Manque pas d’Airs (Alexandra Lacroix). Elle est régulièrement demandée comme premier violon par la Camerata Saint Louis (Georges Guillard) pour des cantates et des passions de J.S. Bach.

Sandrine Dupé étudie le violon classique au CNR de Bordeaux.

Depuis 1996 elle se spécialise en musique ancienne auprès de : Sigiswald Kuijken, Luis Otavio Santos, Herman Stinders, Alain Gervreau, Enrico Gatti, au sein de conservatoires ou lors de stages. 
Elle obtient en 1998 un premier prix de violon baroque de la ville de Paris, et en 2003 le diplôme d’études supérieures du Conservatoire Royal de Bruxelles.

Elle participe à de nombreux concerts et enregistrements avec les orchestres : La Petite bande (S. Kuijken), Le Ricercar Consort (P. Pierlot), Les Muffatti (P. van Eyghen), Le Concert spirituel (H. Niquet), “Pygmalion” (R. Pichon), L’Orchestre de la musique coloniale du Brésil (L.O. Santos), la Compagnie outre mesure (R. Joly), Correspondances (S.Daucé). 

Elle est membre des ensembles de musique de chambre  Le Quatuor Diapré, La Maraviglia, The Theater of music, la Guilde des mercenaires menée par le cornettiste Adrien Mabire, qui vient de sortir un disque consacré au compositeur de la Renaissance Giovanni Bassano (label L’Encelade).

Keiko Gomi découvre le violoncelle avec Hisako Gomi, sa mère. Elle étudie ensuite avec KazutakaAmada et NoboruKamimura. Arrivée en France, elle s’initie au violoncelle baroque avec David Simpson au Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris dont elle sort diplômée (mention très bien) en 2012. Parallèlement, elle se forme auprès de AgeetZweistra à Saintes et profite de l’enseignement de Jean Tubéry, Patrick Bismuth et Sébastien Marcq. Depuis, elle partage son temps entre la France et le Japon et joue dans de nombreuses saisons et festivals tels que la Cité de la Musique, la salle Pleyel, le festival Radio France de Montpellier, le Petit Festival, le Festival Hall à Osaka, le Kyoto Concert Hall, et différents ensembles, notamment la Fenice, le Poème harmonique, les Talens lyriques, Insula orchestra, les Musiciens du Louvre ou Ma non troppo