DUO HUPMANN PELASSY

DUO VIRTUOSE

 

Jean-Bernard Hupmann, piano
Frédéric Pelassy, violon

 

LE DUO HUPMANN PELASSY
Un jeune violoniste plein de talent, Frédéric Pélassy, rencontre un pianiste déjà confirmé, Jean-Bernard Hupmann, son aîné.

Celui-ci l’accompagne salle Gaveau, à Paris, auditionner devant l’un des maîtres incontestés du violon: Yéhudi Ménuhin, qui nomme le jeune virtuose lauréat de sa fondation. C’est depuis cette époque qu’est né le Duo Hupmann Pélassy.

Invités pour donner de nombreux concerts lors de festivals et lors de tournées prestigieuses, les deux musiciens explorent ensemble un répertoire toujours plus vaste. Leurs programmes comprennent des grandes œuvres classiques, romantiques, modernes et contemporaines du grand répertoire mais aussi des pièces de genre et de virtuosité qui font leur spécialité. Ils n’hésitent pas d’en programmer plusieurs au cours de la même soirée pour la plus grande joie du public venu les applaudir.

Malgré des collaborations ponctuelles avec d’autres partenaires et d’autres formations, ils se retrouvent avec bonheur depuis plus de trente ans et avec le même enthousiasme.

Tous les critiques s’accordent à louer l’extraordinaire complicité qui les réunit, faisant naître ensemble des moments de pure magie…

 

ECOUTEZ LES ENREGISTREMENTS DES CONCERTS DE RADIO FRANCE:

8th Sonata Op 30 Ludwig VAN BEETHOVEN:

https://www.youtube.com/watch?v=loJEQDDKKtI

Camille SAINT-SAENS Op. 28:

https://www.youtube.com/watch?v=mK3ye_Qegso

Ernest CHAUSSON Poème OP 25:

 https://www.youtube.com/watch?v=dKngV-kRccw

Claude DEBUSSY Sonata in G minor:

https://www.youtube.com/watch?v=AelsikaQ7oA

 

BIOGRAPHIE DE JEAN-BERNARD HUPMANN, PIANO
Un musicien rare… Il possède un répertoire immense et varié. C’est un partenaire recherché de musique de chambre. Curieux et très éclectique, lecteur infatigable, il explore tous les styles et la musique de son temps avec bonheur… Cela fait de lui plus qu’un musicien, un humaniste engagé…
Il donne son premier concert à dix ans, Salle Pleyel, avec l’Orchestre Philarmonique d’Ile-de-France. Il poursuit ses études musicales au Conservatoire Supérieur de Musique de Paris, dans la classe de Raymond Trouard et obtient les plus brillantes récompenses. Il suit alors les conseils de maîtres prestigieux tels que Pierre Séchet, Lucette Descaves, Pierre Barbizet, Bruno Rigutto et György Cziffra qui le nomme lauréat de sa fondation en 1989. Par ailleurs, il se distingue dans plusieurs concours internationnaux: Claude Kahn, Porto, Marguerite Long.
Très éclectique, il se produit aussi bien en récital qu’avec orchestre, sous la baguette de chefs comme Patrick Strub, Bystrik Rezucha, Renard Tchaikovsky, Maximilian Fröschl (Orchestre Philharmonique de Poznan, Orchestre d’Etat Slovaque de Kosice, les Harmonies d’Orphée); qu’en sonate avec Alain Ménard, Philippe-Olivier Devaux, Christophe Boulier, Frédéric Pélassy et Paul Julien. A deux pianos avec Chow-Ching Ling et Marie-Catherine Girod avec laquelle il participe au Settembre Musicale de Turin en interprétant les Figures de résonances d’H. Dutilleux, en présence du compositeur ; en formation de musique de chambre avec des solistes de l’Orchestre de Paris ou de l’Ensemble Inter contemporain.
Ses concerts le mènent dans plusieurs pays d’Europe, aux Antilles (Martinique), en Asie et aux Etats-Unis où la critique loue unanimement son jeu.
Bon nombre d’entre eux sont retransmis par la radio ou la télévision. Ses enregistrements pour le label « Integral Classic » sont salués par la critique : Trois sonates pour piano (5, 13, 14 & les variations sur la « Molinara ») de Beethoven Réf. 221 110 – Un récital Chopin (Polonaise, Valses Scherzi et sonate funèbre) Réf. 221 122 et tout récemment la transcription de la Symphonie «Pastorale » et de An die ferne geliebte de Beethoven par Liszt. Réf. 221 145.
Après sa rencontre avec la pianiste Anne Magadur-Haon en 2007, ils fondent ensemble le duo à quatre mains:”Les Schubertiades”.
En Octobre 2009, il a crée à Bandol le Concerto pour piano et Orchestre n°1 op. 232 et le poème symphonique “Thomas Mann à Bandol” de Michel Bosc, sous la direction de Maximilian Fröschl, et l’Orchestre les Harmonies d’Orphée.
Jean-Bernard Hupmann est directeur artistique du concours “Steinway”.
 
BIOGRAPHIE DE FREDERIC PELASSY, VIOLON
« A dazzling violonist »
Le violoniste Frédéric Pelassy fait partie des artistes français les plus reconnus de sa génération.
Remarqué enfant par Yehudi Menuhin, il a réalisé vingt-six enregistrements et donné plus de mille concerts sur tous les continents.
Né en 1972, Frédéric Pelassy apprend le violon à l’École Nationale de Musique de Créteil, dans la région parisienne.
Il est à douze ans Prix d’Excellence de Créteil, 1er Prix à l’unanimité avec félicitations du jury au Concours interconservatoires de la ville de Paris, diplômé de musique de chambre et d’harmonie, 1ère Médaille de solfège spécialisé du Conservatoire de Paris.
Distingué par Yehudi Menuhin lors d’une audition à la salle Gaveau, il bénéficie de son patronage actif et commence une carrière précoce.
A douze ans, il joue la Symphonie Espagnole d’Édouard Lalo puis se produit sous la direction de chefs comme Roger Boutry, Pierre Dervaux, Philippe Herreweghe, Jacques Houtmann, Bernard Thomas.
Entre 1986 et 1990, il est nommé Lauréat du Festival Musical des Jeunes Interprètes, de la Fondation Menuhin, de la Fondation Cziffra et du Concours international Tibor Varga.
Parallèlement, il poursuit ses études scolaires jusqu’à l’université et une formation musicale multiforme.
En 1987, il travaille le violon avec Michèle Auclair et reçoit le Prix que la SACEM décerne annuellement aux meilleurs élèves des classes d’écriture.
En 1988, il entre au Mozarteum de Salzbourg dans la classe de Sándor Végh, qui lui confie un archet ayant appartenu à Joachim. Un an plus tard, il est invité à intégrer l’Académie Menuhin, en Suisse. Devenu membre de la Camerata Lysy, il a l’opportunité de parfaire sa formation et de se produire en soliste, à maintes reprises, aux côtés de Yehudi Menuhin et Alberto Lysy.
Il se perfectionne dans les années 90 auprès de Zakhar Bron et outre-Atlantique – notamment à l’invitation du New England Conservatory de Boston, de Mauricio Fuks à Montréal, de Walter Levin à Chicago dans le cadre du Steans Institute for Young Artists.
En quelques années, Frédéric Pelassy s’est produit dans plus de cinquante pays sur tous les continents.
Il poursuit une carrière discographique remarquée, qu’il a commencée à seize ans grâce à la confiance de la Maison de disques BNL et donne des master-classes dans plusieurs pays d’Europe, d’Amérique et d’Asie.
Il joue un violon signé par le luthier allemand Stefan-Peter Greiner.

 

SÉLECTION PRESSE DU DUO ET DES DEUX ARTISTES

 

“Un violoniste éblouissant et un pianiste superbe – mettez les ensemble, ajoutez une compréhension réciproque et des rapports parfaits, et le résultat est une pure magie… Il n’y a pas de doute que ce récital surpasse de loin tous les évènements musicaux comparables, c’est-à-dire en duo violon-piano, donnés à ce jour à Jakarta.”
(Jakarta Post)

 

“Deux musiciens d’une classe internationale, d’une telle virtuosité que le public est resté ébahi”
(Ouest-France)

 

“Exécution impeccable de la Sonate n°13 “Quasi una fantasia” opus 27 n°1 et de la sonate n°14 opus 27 n°2 “Clair de Lune”. Le pianiste interprète les 6 Variations sur “Nel cor più non mi sento” de Paisiello (1795), ornementales et décoratives, avec légèreté de trait, délicatesse et pertinence stylistique.”
(Le Monde de la musique, Michel Le Naour)

 

“Jean-Bernard HUPMANN nous livre un récital Chopin très équilibré. Ample et majestueux, son Deuxième Scherzo refuse les tentations du clinquant. Sobres et intérieurement animées, ses trois Valses sont à bonne distance de tout esprit salonnard. La Deuxième Sonate trouve son expression juste entre passion et rigueur. Son attention portée à la sonorité, son assurance (il sait où il va), sa probité face au texte rendent son interprétation interréssante.”
(Le Monde de la Musique, Olivier Bellamy)

 

“Les deux artistes ont proposé un étonnant duo entre deux instruments […]. Du grand art de la poésie musicale”
(La Voix du Nord)

 

“La seconde partie […] a soulevé une immense ovation de la part d’un public enthousiasmé par la perfection technique des deux musiciens. Aussi, par leur remarquable cohésion, par leur sensibilité et leur profondeur intense. Un pur joyau musical, un pur moment de bonheur”
(Nord-Eclair)

 

“Eine hervorragende Leistung”
(Allgemeine Zeitung)

 

“Vértigo en cuatro cuerdas”
(Vanguardia Liberal)

 

“The fiery passion and lyric splendor one hears on a Heifetz or Kremer recording”
(In Tune)

 

“Sensibilité exemplaire, force et puissance remplie d’émotion”
(La Tribune)

 

“We had been told he was a genius. And he is one indeed!”
(Hokkaido Shimbun)

 

“On redécouvre la béatitude”
(Le Dauphiné)

 

“In Tongebung, Intonationtechnik und musikalischer Durchformung präsentierte sich Pelassy perfekt”
(Donauwörther Zeitung)